Claude Bernard ou l’observation des faits (1813-1878)

Claude Bernard est considéré comme le père de la médecine moderne, dont il a posé les bases scientifiques. Il a défini les principes de ce qu’il appelle la médecine  expérimentale, à savoir :

°          Une analyse rigoureuse des phénomènes s’appuyant sur l’observation des faits

°          L’élaboration d’une hypothèse à partir de l’observation initiale

°          La vérification et l’expérimentation pour confirmer ou infirmer l’hypothèse

C’est à partir de cette démarche qu’il sera possible de tirer des explications ou encore d’induire des théories, à contrôler ensuite par de nouvelles expériences : « Il faut rester l’esclave de l’observation et de l’expérimentation », selon lui.

De cette manière, lorsqu’une théorie est démentie par l’observation, c’est la théorie qu’il faut abandonner, non pas le fait observé. Claude Bernard développe la notion de « milieu intérieur », c’est-à-dire la notion de TERRAIN : « Le microbe n’est rien, c’est le terrain qui est tout », aimait-il répéter en s’opposant à Pasteur.

Il propose également la notion « d’homéostasie » (ou tendance des organismes vivants à stabiliser leurs diverses constantes physiologiques). Il parlera à sa façon de la Force Vitale, lorsqu’il sera amené à constater vers la fin de sa vie : « Il y a un Principe Directeur, un pouvoir organisateur qui régit tout ».

À méditer…

Catégories : Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *