Avec le chocolat, l’automne devient « le printemps de l’hiver »

Henri de Toulouse-Lautrec ne lésinait pas sur les métaphores ! Avouons que c’est tout de même une bien belle façon de voir cette période souvent difficile pour le corps, période de ralentissement et de manque d’énergie généralisée.

Nous avons vanté la semaine dernière les bienfaits de la stimulation des glandes surrénales pour pallier cette baisse d’énergie saisonnière. Voici aujourd’hui un autre « truc » pour conserver son énergie : le chocolat !

Car le chocolat contient des polyphénols : ils renforcent la muqueuse intestinale et cette muqueuse constitue justement l’un des remparts de notre système immunitaire.

De plus, le chocolat renferme des tryptophanes. Ceux-ci transmettent de la sérotonine à l’organisme, laquelle sérotonine joue un rôle essentiel sur l’humeur en apportant une sensation d’apaisement et de bien-être. Et le magnésium contenu dans le cacao permet de combattre la fatigue, le stress et l’anxiété.

Deux carrés de chocolat noir suffisent même pour sécréter des endorphines, cette hormone du bonheur !

C’est encore sans compter la richesse du chocolat en flavonoïdes, ces antioxydants (contenus dans la poudre de cacao à hauteur de 10 % environ) qui limitent l’apparition du mauvais cholestérol (LDL), dilatent les vaisseaux sanguins et améliorent la coagulation (limitant au passage le risque de maladies cardiovasculaires).

Pour finir, la capacité anti-oxydante du cacao serait 2 à 3 fois plus élevée que celle du thé vert ou encore du vin rouge et les fibres contenues dans le chocolat permettraient de limiter la constipation en stimulant le transit intestinal (plus le chocolat a une teneur élevée en cacao, plus il contient de fibres).

Conclusion : Haro sur le chocolat noir !

Catégories : Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *